Accueil du site > Environnement > 5 minutes sans lumières

5 minutes sans lumières

jeudi 1er février 2007

PARIS (Reuters) - Les Français ont été invités à éteindre « veilles et lumières » jeudi soir durant cinq minutes, à l’appel de soixante-dix associations écologistes.

Ni le réseau de transport d’électricité (RTE) ni les organisateurs de l’action n’étaient en mesure d’en évaluer l’impact dans l’immédiat.

Le mouvement Alliance pour la planète, qui rassemble ces associations, avait convié citoyens et organismes institutionnels à « 5 minutes de répit pour la planète » entre 19h55 et 20h00. Une plage horaire qui coïncide avec le pic traditionnel de consommation des ménages français.

Dix minutes avant l’événement, la consommation d’électricité en France s’élevait à 76.386 mégawatts (MW) alors que les prévisions portaient sur 77.500 MW, selon des informations publiées en temps réels sur le site internet de RTE. A 20h00 locales, heure du rallumage des lumières, elle s’élevait à 74.734 mégawatts contre 76.800 prévus.

Malgré ces données, il était impossible d’évaluer dans l’immédiat l’impact, les chiffres mesurant la consommation par quart d’heure. Or, l’opération n’a duré que cinq minutes.

L’objectif de cette opération inédite était d’attirer l’attention sur le réchauffement climatique au moment où 500 experts des Nations unies débattent cette semaine à Paris sur ce thème, avant la tenue vendredi d’une conférence mondiale sur l’environnement, soulignent les organisateurs.

Un rapport sera publié vendredi et pourrait accroître la pression sur les gouvernements et les entreprises afin de les amener à freiner les rejets dans l’atmosphère de CO² et autres gaz à effet de serre, essentiellement produits par la combustion d’hydrocarbures dans les centrales électriques, les usines et les voitures.

Cette action, soutenue par l’animateur de télévision Nicolas Hulot, visait aussi à montrer aux candidats à la présidentielle que l’environnement est « un enjeu majeur » et qu’une large majorité des Français sont prêts à agir au quotidien.

LA TOUR EIFFEL ETEINT SES LUMIERES

Un récent sondage TNS Sofres pour le magazine Pèlerin montre qu’une proportion de 86% d’entre eux sont disposés à diminuer leur consommation d’électricité. Mais leur ardeur varie en fonction des gestes qui leur sont proposés.

L’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (Ademe) note en effet que téléviseurs, magnétoscopes ou encore les petits équipements comme les fers à repasser, représentent plus de 20% de la consommation d’électricité des ménages.

Des mairies ont voulu donner l’exemple, jeudi, comme celle de Paris qui a autorisé l’extinction des illuminations décoratives de la Tour Eiffel. La veille dame a éteint ses 336 projecteurs, plongeant dans la pénombre les personnes qui s’étaient rassemblés sous l’édifice pour l’occasion.

La mairie du IIe arrondissement de la capitale a elle-aussi éteint toutes ses lumières en plein conseil municipal.

A Marseille, l’éclairage de Notre-Dame-de-la-Garde a été éteint à la demande de la mairie.

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0