Accueil du site > Environnement > Décret de création du réacteur nucléaire EPR : un acte anti-démocratique d’un (...)

Décret de création du réacteur nucléaire EPR : un acte anti-démocratique d’un gouvernement en fin de règne

jeudi 12 avril 2007

Le réseau Sortir du nucléaire et le collectif Stop EPR organise un rassemblement à Flammanville samedi pour protester contre la publication du décrêt de construction de l’EPR.

Un co-voiturage est organisé, départ parking Intermarché longs Champs à 11h00 à Rennes samedi 14 avril

Réseau « Sortir du nucléaire »

Communiqué du mercredi 11 avril 2007

Publication ce jour au Journal Officiel du décret de création de la centrale nucléaire EPR.

Mme Royal et M. Bayrou doivent s’engager avant le 1er tour à annuler ce décret au moins le temps qu’un débat démocratique ait enfin lieu

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce la publication ce jour du décret autorisant la construction du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche). Alors que la question de la construction du réacteur EPR est fortement débattue lors de la campagne présidentielle, c’est un gouvernement en fin de règne et décrédibilisé qui tente de court-circuiter le débat en publiant à la sauvette le décret de création de l’EPR.

Considérant qu’il n’y a rien à attendre de M. Sarkozy, qui est clairement aligné sur les exigences de l’industrie nucléaire, le Réseau « Sortir du nucléaire » s’adresse ce jour à Mme Royal et à M. Bayrou : l’une comme l’autre ont reconnu que le débat sur l’EPR et la décision de construction de ce réacteur avaient été imposés de façon non démocratique.

C’est avant le 1er tour de l’élection présidentielle que Mme Royal et M Bayrou doivent prendre l’engagement, en cas de victoire, d’annuler le décret de construction du réacteur nucléaire EPR, et ce au moins le temps que se tienne enfin un débat démocratique sur la question. De même il est nécessaire que Mme Royal et M Bayrou s’engagent à annuler les arrêtés préfectoraux grâce auxquels EDF a commencé les travaux préparatoires sur le site, pour tenter d’imposer le « fait accompli ».

Par ailleurs, Mme Royal doit dénoncer les propos de Bernard Cazeneuve, maire PS de Cherbourg, qui a déclaré qu’un tel débat pourrait être expédié sur « 1 mois et demi, en plein été ». M. Bayrou doit lui aussi dénoncer l’idée d’un débat « expédié » en quelques jours... et débouchant sur la même décision de construire l’EPR.

Un débat véritablement démocratique doit permettre aux opposants de s’exprimer à égalité avec les promoteurs de l’EPR, contrairement à ce qui s’est passé lors du « débat public » qui a mis en scène EDF, les opposants devant se contenter de poser quelques questions.

Enfin, le Réseau « Sortir du nucléaire » rappelle que trois candidats à l’élection présidentielle, Olivier Besancenot, José Bové, et Dominique Voynet, se sont prononcés contre le nucléaire en général et donc contre la construction de l’EPR.

Agence France Presse - Changé (Mayenne), 11 avr 2007

François Bayrou a jugé mercredi « totalement anti-démocratique » le décret autorisant la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche), publié au Journal Officiel, se déclarant favorable à une suspension de la décision pour avoir « un vrai débat ».
« C’est totalement anti-démocratique que 12 jours avant une élection, en douce, en catimini, on prenne des décisions de cette importance, sans que le véritable débat ait eu lieu », a déclaré devant la presse le candidat UDF à la présidentielle, lors d’un déplacement en Mayenne. « Il faudrait suspendre cette décision, de manière à ce qu’on ait un vrai débat », a-t-il ajouté, dénonçant un décret pris « à la va-vite, alors que le gouvernement s’en va ».
Quelques manifestants anti-EPR, portant des banderoles où l’on pouvait lire « Pour des alternatives au nucléaire » et « Stop au réacteur EPR », s’étaient rassemblés à proximité de la salle de Changé (Mayenne), où M. Bayrou a rencontré quelque 300 sympathisants avant de s’exprimer devant la presse.

Communiqué du Parti socialiste

Publication du décret autorisant la construction de l’EPR
Le Parti socialiste s’étonne de la publication par le gouvernement au Journal officiel de ce jour du décret autorisant la construction de l’EPR, onze jours seulement avant le premier tour de l’élection présidentielle.
Cette décision est révélatrice d’une conception de la politique qui fait fi du débat transparent et ouvert en matière énergétique et qui illustre le passage en force qui a été la caractéristique de la méthode de la droite sur tous sujets depuis cinq ans.
Le Parti socialiste s’engage à ouvrir un débat transparent et approfondi sur l’avenir de l’EPR au lendemain de l’élection présidentielle pour définir les orientations de la politique énergétique du pays.
Ce débat devra éclairer, notamment, l’intérêt de la construction dès 2007 de ce nouveau réacteur.

Communiqué de presse des Verts du 11 avril 2007

L’EPR, le meilleur ennemi de la démocratie

La publication du décret autorisant la construction de l’EPR à 10 jours du premier tour des élections présidentielles est une véritable provocation.
Après un débat public tronqué, une fois de plus, l’EPR bénéficie d’un régime dérogatoire aux bonnes pratiques démocratiques.
Pourtant le coût de l’EPR, évalué à 3,4 milliards d’euros, est faramineux. Son efficacité est médiocre et sa construction inutile, puisque la France est en situation de surcapacité énergétique.
A sommes égales investies dans les énergies renouvelables, on pourrait produire plus d’électricité. OIn pourrait également pourvoir aux mêmes besoins énergétiques, développer des sources d’énergie locales, respectueuses de l’environnement, et créer des emplois au moins 15 fois plus nombreux et mieux répartis sur l’ensemble du territoire.
Face à ce déni de démocratie, le prochain gouvernement devra impérativement annuler ce décret et enterrer définitivement le projet de réacteur EPR en cas de victoire de la gauche aux élections.

Communiqué de la Ligue communiste révolutionnaire.

EPR : le gouvernement passe en force.

Le gouvernement Villepin vient de signer et de publier en toute précipitation le décret de création de l’EPR.
La LCR dénonce ce nouveau coup de force au profit du nucléaire, à quelques jours des élections, par un gouvernement qui ne gouverne déjà plus,
De soi-disant débats en pseudo-consultations après décision, tout aura été fait pour imposer cet EPR inutile, coûteux et dangereux, indépendamment des besoins des populations et au mépris de celles-ci : 59% des personnes des français ne veulent plus poursuivre dans cette voie.
Le 17 mars, plus de 60 000 manifestants ont demandé aux candidats à la présidentielle de se prononcer contre l’EPR.
Pour sa part, la LCR et son candidat, Olivier Besancenot, se sont prononcés nettement pour l’arrêt de la construction de l’EPR et de manière générale pour la sortie du nucléaire en 10 ans, pour un service public de l’énergie qui utilise d’autres filières plus sûres, plus économes, plus efficaces et qui soient génératrices d’emplois.
Le 12 avril 2007.

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0